« La famille a une place centrale pour notre entreprise. Nous nous devons pour cela d’être exemplaires »

 

 

Propos recueillis par Judy Raffray

Quand on est une entreprise constituée à 75% de femmes, comme c’est le cas pour Editis Education et Référence, le sujet de l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle des collaborateurs est une question centrale. Afin de marquer son engagement en faveur d’une meilleure conciliation des temps de vie de ses salariés, l’éditeur de manuels scolaires, dont font partie les Editions Nathan et le fameux Robert, a signé la Charte de la Parentalité en entreprise le 15 avril dernier. Nous avons rencontré Nathalie Allizan, Directrice des Ressources Humaines, qui nous explique en quoi la souplesse au travail est une évidence pour l’éditeur.

Dans quel contexte les Editions Nathan ont-elles été amenées à prendre des actions en faveur de la souplesse au travail ?

Les raisons de nos actions en faveur de la souplesse au travail sont historiques. Le pôle Education et Référence chez Editis est constituée à 75% de femmes. Nous avons traditionnellement eu un regard attentif à nos salariées que nous voyions devenir jeunes mères. Assez naturellement, le temps partiel est entré dans les mœurs de l’entreprise.

Cette attention à l’équilibre de vie professionnelle-vie personnelle de nos salariés est aussi liée à notre activité : nous créons des ouvrages scolaires qui s’adressent aux enfants. La famille a une place centrale pour notre entreprise. Nous nous devons pour cela d’être exemplaires, en particulier en accompagnant les parents qui travaillent chez nous.

Concrètement quelle forme la souplesse au travail prend-elle chez vous ?

Les jeunes mères (et jeunes pères qui le souhaitent) bénéficient évidemment de la possibilité de recourir au temps partiel ouvert aux parents d’enfants de moins de 3 ans, mais au-delà des 3 ans de l’enfant nous offrons la possibilité de prolonger ce temps partiel. Nous l’acceptons aisément, même si, en toute transparence, cela nécessite une certaine organisation. En effet, nous collaborons notamment avec des enseignants pour la production des manuels scolaires. Les réunions les impliquant ont donc souvent lieu le mercredi. Heureusement, nos collaborateurs et collaboratrices qui sont en temps partiel avec le mercredi non travaillé sont en général flexibles et participent s’il le faut à ces réunions le mercredi en récupérant le jour travaillé à un autre moment.

Une autre source de souplesse est notre accord de réduction de temps de travail, qui se traduit par 22 jours de RTT dont 11 que les salariés – à 99% des cadres qui ne sont pas au forfait-jour – utilisent comme ils le souhaitent.

Bien que nos cadres ne soient pas au forfait-jour, nous ne pratiquons pas de cadre horaire. Nous avons une culture de travail en mode projet dont l’objectif est la réalisation d’ouvrages. Dans ce contexte, les horaires importent peu, pour autant que le temps de travail hebdomadaire de 39 heures reste respecté. Les salariés se sont appropriés cette flexibilité : certains collaborateurs arrivent à 9h30 ou 10h, d’autres préfèrent arriver plus tôt, dès 8h, afin de partir plus tôt.

Cette culture de la souplesse horaire s’est aussi traduite par la signature de la Charte des Parents-Délégués au Ministère de l’Education Nationale le 29 septembre dernier. Editis Education et Référence a donc été avec le Groupe Casino la première entreprise signataire de cette charte, s’engageant ainsi à permettre à ses salariés représentants de parents d’élèves de participer aux réunions d’école relatives à leur mandat.

Plus largement, nous menons des actions variées en faveur de l’équilibre des temps de vie comme la mise à disposition de places de crèche. Et puis dans le cadre de la vie au bureau, nous proposons aux collaborateurs des temps de respiration sur l’heure du déjeuner, par exemple en leur proposant d’aller courir 2 fois par semaines avec un coach ou en assistant au café RH, lors duquel des intervenants invitent à la réflexion. Le thème abordé cette semaine était l’optimisme, aussi intéressant à titre professionnel que personnel !

Et le travail à distance ? Fait-il partie de vos options de souplesse ?

Nous offrons volontiers la possibilité de home office ponctuel depuis longtemps, pour autant que le métier et la fonction le permettent. Il est particulièrement adapté pour le métier d’éditeur qui nécessite souvent la lecture de gros manuscrits et demande des temps de concentration au calme. Pour d’autres métiers qui imposent d’être présent physiquement cela peut être plus difficile. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous considérons les demandes au cas par cas.

Concernant le télétravail et l’éventualité d’un accord d’entreprise, c’est une réflexion qui doit avoir lieu dans le cadre de notre évolution vers des méthodes de travail plus agiles. Nous sommes nous-mêmes au cœur de la révolution numérique car nous éditons des produits digitaux. Nous avons donc entamé une réflexion globale sur l’agilité et l’évolution de nos modes de fonctionnement qui va se déployer sur les prochains mois. Assez naturellement les choses bougent mais nous allons aussi être amenés à adapter nos méthodes tout en prenant en compte les spécificités de notre métier. L’édition est tout de même un secteur où l’on a encore besoin de se réunir physiquement, notamment quand on travaille sur un ouvrage papier.

Vous travaillez en mode flexibilité ? Vous souhaitez témoigner de bonnes pratiques dans votre entreprise ?
Votre témoignage nous intéresse !

>> Contactez-nous !

Restez informé

591aa136b72db0f69cb91533eb3336ccxxxxxx

Abonnez-vous à des notifications personnalisées

Vous recevrez les offres d'emplois correspondant à vos critères de recherche actuels.

Notifications via Email

Des notifications par emails vous seront adressées. S’abonner

 

Flux RSS personnalisé

Votre flux RSS personnalisé est ci-dessous, copiez l’adresse dans votre lecteur RSS. S’abonner